Vareilles

29 different villages together

  • Lapetite082015 4

Le village de Vareilles

Ce village fut probablement dès l'époque gallo-romaine un croisement important de voies. Le chemin de crête empierré, entre Le Cerne et Cruzus, remarquablement bien préservé, semble être un tracé très ancien. De là, il permet de découvrir d'amples vallonnements où alternent bois et prés d'embouche et plus loin, les monts du Morvan et du Beaujolais. Vareilles est un village typique du Brionnais avec sa séduisante église romane, son habitat de pierres calcaires ocre préservé et son paysage bocager. Sur la place de l'église, bordée d'anciennes maisons, fut installée une meule en pierre appelé en patois " mola ". Témoin de l'implantation de nombreux moulins dans nos campagnes, elle servait à réduire en fibre, le chanvre, pour la confection de tissus et à écraser diverses graines pour la production d'huiles. C'est ici qu'est né Faustin Potain en 1892, fondateur de l'entreprise de grues à La Clayette et devenu leader mondial de sa spécialité.


  • Lapetite082015 128

L'église romane

L'église Saint Martin, perchée sur une petite butte, fut érigée au XIIème siècle. Elle possède l'un des plus beau clocher roman du Brionnais avec ses 3 étages de baies, surmontés d'une pyramide en pierre. Elle conserve de l'époque romane une partie de la nef, l'abside et le clocher. A l'intérieur, de magnifiques chapiteaux sculptés du XIIème siècle, ornent la travée de chœur.


  • Maison brionnaise xiiie s

De remarquables demeures

Au cœur du village, deux anciennes maisons s'ouvrent sur la place : la première, à galerie, vraisembablement du XVème siècle, est dotée de colonnes de pierres manifestement récupérées de l'église. La seconde maison a conservé une belle porte à accolade et jambages moulurés du XVIème siècle. Au lieux-dit Chopaille, une magnifique demeure de maître fut édifiée au XVIIIème siècle. D'un type peu commun dans la région, sa façade se compose de deux galeries superposées. Au rez-de-chaussée, les arcades surbaissées en pierre retombent sur des colonnes, alors qu'à l'étage, de simple piliers de bois soutiennent l'avancée du toit. Quant au domaine de Montgiraud, construit au XVIIIème siècle et dont le propriétaire fut le bailli de La Clayette, il présente une élégante tour près de l'habitation.