Baudemont

29 different villages together

  • Img 0934

Le village de Baudemont

Autrefois appelé Bos de Mont, le bois de la montagne, le village fut au XVIIème siècle partagé entre deux seigneurs : la princesse d'Armagnac qui possédait au bourg le château de la Garde et un commandeur de Malte, chevalier de Saint Jean de Jérusalem, qui avait au hameau de la Fay, une tour fortifiée. De ces édifices aujourd'hui détruits ne subsistent que les fossés. Par contre, on peut admirer l'élégante tour de Baudemont, appelée tour du Paradis, qui fut probablement une tour de guet du château de La Clayette. C'est au XIXème siècle que le bourg se déplace autour de la nouvelle église, de style néo-roman, sur des terres offertes par le marquis De Noblet.


  • Office de tourisme lavoir du vieux bourg

Le lavoir Phalendon

C'est surtout à la fin du XVIIIème siècle qu'apparaissent les premiers lavoirs destinés au lavage du linge ou de la " bù ". Leurs constructions marquent la prise de conscience de l'importance de l'hygiène individuelle. Après l'épidémie de choléra en 1849, de nombreux lavoirs sont édifiés près d'une source ou d'une rivière et à proximité des habitations pour limiter le trajet des lavandières. Les femmes s'y rendaient plusieurs fois par semaine pour le linge quotidien et 2 fois par an pour les grandes lessives. Ce point de rencontre ou s'échangeaient les nouvelles était un vrai lieu de lien social. On l'appelait péjorativement " le parloir des femmes ". Le lavoir Phalendon est alimenté par le ruisseau des Barres qui se jette ensuite dans le Sornin. Il semblerait que l'origine du nom viendrait du culte " Phallus " l'ancienne divinité païenne de la conception. On racontait que les femmes stériles allaient s'y plonger nues à minuit, les nuits de pleine lune pour obtenir l'enfant qu'elles désiraient.


  • Tour de baudemont ot lccb

Le Purgatoire, le Paradis et l'Enfer

Au XIIème siècle, une maladrerie (ladre signifiant lépreux) fut implantée non loin du château de La Clayette, mais à l'extérieur de la bourgade pour des raisons de contagion. Cet établissement hospitalier qui soignait les malades atteints de la lèpre, comprenait le Purgatoire, le Paradis et l'Enfer. Lorsque le malade était hospitalisé, on l'accueillait au Purgatoire où il était soigné. Puis selon l'évolution de sa maladie, il était ensuite dirigé soit vers le Paradis pour sa guérison définitive, soit vers l'Enfer où il terminait sa vie. Aussi, tout laisse penser que l'emplacement de la maladrerie où l'on accueillait les lépreux se situait à Baudemont, puisque l'on trouve les lieux dits suivants : le Paradis, le Pré de l'Enfer et les Abcès, qui correspondraient à l'ancien Purgatoire, où les abcès des lépreux étaient soignés.